Gagnants mitissiens 2008

Retour

Catégorie Sauvegarde, restauration et conservation

Le Bistro la Bottine gourmande
Le Bistro la Bottine gourmande est un restaurant-bistro installé dans une ancienne cordonnerie située au cœur du village de Sainte-Angèle-de-Mérici. Cette cordonnerie est construite vers 1870 par un cordonnier connu pour la qualité de son travail et son talent de conteur. Non fonctionnelle depuis 1967 et placardée en 1986, c’est en 2006 que des promoteurs décident de l’acquérir pour la restaurer et lui donner une nouvelle vocation. Ils en profitent pour mettre en valeur l'histoire qui se rattache au bâtiment, son architecture ainsi que l'histoire du village.

Maison Arsenault (gagnants régionaux)
Madame et monsieur Arsenault, de retour dans leur région natale, décident d’acquérir la maison du premier défricheur de Sainte-Flavie. Construite en 1826 sur les rives du fleuve, cette maison était abandonnée depuis quelques années. C’est dans le respect des savoir-faire anciens et de l’identité du bâtiment que le couple entreprend sa restauration en 1980. Cette maison abrite meubles et objets anciens de grand intérêt contribuant, dans sa globalité, à mettre en valeur notre patrimoine et notre histoire. Cette mise en valeur est faite, en autres par l’entremise d’actions de sensibilisation et d’information telle que la réception de différents groupes de personnes.

Catégorie Transmission, interprétation et diffusion

Monsieur Samuel Côté
Passionné de patrimoine maritime, et surtout par les épaves qu’il chasse au fond du Fleuve Saint-Laurent, monsieur Samuel Côté assure la diffusion des informations qu’ils possèdent et des résultats de ses recherches historiques à ce sujet. En lien continu avec d’autres passionnés à travers le monde, il utilise différents outils de diffusion tels que les journaux, les conférences, les expositions et, plus particulièrement, son site Internet.

Mention spéciale : Les petits patrimoines

Le pont Bélanger de Métis-sur-Mer
Cette construction de bois offrait des avantages sociaux (lieu de rencontres publiques, sociales et privées) et économiques (construction durable et utilitaire). En voie de disparition au Québec, il s’agit du dernier joyau mitissien dans cette catégorie et qui, de plus, a toujours la même vocation en saison estivale. La municipalité qui possède ce bien s’est assurée, au cours des années, de son entretien régulier et de sa préservation par différentes interventions. Dernièrement, ces interventions se sont précisées de manière à restaurer le bien et ont nécessité des investissements de plus de 100 000 $ depuis le début des années 2000.